© Jean Rime 2019.

Les contenus de ce site sont utilisables dans le cadre du droit de citation.

Pour toute utilisation autre, merci de me contacter.

Représentations de l'individu en Chine et en Europe francophone : écritures en miroir

 

Codirigé avec Michel Viegnes,

Neuchâtel, Alphil - Presses universitaires suisses, 2015, 307 p.

Présentation :

 

Selon un cliché vieux de plusieurs siècles, une identité essentiellement collective aurait toujours prévalu dans l’Empire du Milieu, tandis que la conscience individuelle aurait façonné, depuis les Grecs, le socle philosophique et politique de l’Occident. Les études qui composent ce volume replacent cette idée reçue dans l’histoire des représentations de l’individu, tant au pays de Confucius que dans l’espace européen – ici limité à l’Europe francophone.

 

À travers la littérature, creuset majeur de la fabrication du Je, mais aussi à travers la philosophie et la linguistique, des spécialistes européens et chinois explorent les méandres historiques de cette notion d’individu dont les crises et les paradoxes s’éclairent à la lumière d’une confrontation avec l’altérité

culturelle, chaque monde se réfléchissant au miroir de l’autre.

 

Une place particulière a notamment été réservée aux figures qui, des jésuites du XVIIIe siècle à François Cheng en passant par Claudel, Segalen ou Malraux, se sont employées à bâtir des ponts entre les deux civilisations ou à illustrer leurs relations complexes et parfois ambiguës. Les enquêtes réunies ici, consacrées non seulement à ces passeurs culturels mais aussi à des auteurs a priori moins attendus et à des écrivains-voyageurs suisses, contribuent à nuancer une opposition souvent trop simpliste entre l’individuel et le collectif.

Michel Viegnes et Jean Rime s’attaquent à un cliché : dans l’Empire du Milieu, l’identité est collective alors qu’en Occident, c’est l’individu qui prime. […] Et leur Représentations de l’individu en Chine et en Europe francophone explique cette notion du « je » au travers de la littérature, de la philosophie et de la linguistique. Les exemples évoqués vont de Tintin (trouver la voie sans se faire couper la tête) à Henri Michaux, en passant par la réception de L’Étranger de Camus au pays de Mao Zedong. Les contributeurs à cet ouvrage se sont aussi penchés sur les hommes qui ont construit des ponts entre les deux civilisations au cours de l’histoire. De lecture exigeante mais abordable même pour les non-initiés, ce recueil réunit les travaux menés à l’occasion de deux rencontres internationales sur La notion d’individu en Chine et en Europe francophone : réflexions en miroir.

Tamara Bongard

La Liberté, 24 octobre 2015

 

Please reload

Comptes rendus :